Comment financer l'achat d’une villa ou d’un Riad à Marrakech

Le financement de l’achat d’une villa ou d’un Riad est le point capital dans le projet immobilier. Que ce soit pour acheter une villa neuve ou ancienne, un Riad à rénover ou en l’état, la problématique du financement se pose en permanence. Quelles sont les solutions ?

Fonds propre et crédit immobilier

Si l’acheteur possède des fonds disponibles, il les lui faudra faire transférer par l'Office des Changes ou au moyen d’un virement SWIFT vers un compte marocain. Pour le paiement du vendeur, il émettra un chèque bancaire. Cette étape se fera uniquement au moment de la signature de l'acte notarié. À noter que tous les paiements supérieurs à 10.000 dirhams se font obligatoirement par chèque. Si l’acquéreur finance une partie de son acquisition grâce à un crédit immobilier contracté en France, il convient de souligner que l’établissement bancaire français ne peut prendre en garantie qu’une partie de la villa ou du Riad. Cela signifie que le nouveau propriétaire devra disposer d'un bien non hypothéqué en France que sa banque peut prendre en gage. Concernant la demande de crédit pour faire l’achat d’une villa de luxe (voir les biens de prestige sur http://www.excellentissimmo.com) ou d’un Riad au Maroc, tout se déroule comme pour une demande de crédit portant sur une acquisition immobilier en France : l’acheteur constitue un dossier d’emprunt, la banque lui adresse une offre de crédit puis il a droit à un délai de réflexion. S’il accepte, la Banque réalise un appel de fonds et l’inscription hypothécaire. La banque vire l'argent sur le compte français du demander et prend sa maison française en garantie en plus de l’hypothèque qui grève déjà sur la villa ou le Riad à Marrakech.

Un financement au Maroc

Si l’acquéreur ne réside pas au Maroc et qu’il souhaite un emprunt immobilier d’une banque marocaine, celle-ci lui demande un apport personnel représentant 30 % des frais d'acquisition et l’intégralité des frais de mutation. Elle exige également une prise de garantie sur le bien marocain à condition qu'il soit titré ou en phase finale d’immatriculation (ou de réquisition). Le demandeur doit ouvrir un compte en devises ou en DH convertibles. Le remboursement des mensualités peut se faire en DH. Selon les les Clés du Midi, l'avant-contrat de la maison peut contenir une condition suspensive d'acceptation de prêt, cependant, le vendeur peut refuser cette clause. Il faut également savoir qu’au Maroc il n'existe pas de délai de réflexion comme en France pour l'acceptation de l'offre. Par ailleurs, la banque demande en principe une assurance vie liée au contrat de prêt, ainsi qu’une attestation médicale. Environ une vingtaine d'établissements bancaires marocains proposent des financements immobiliers avec des taux d'intérêt qui tournent autour de 10 %. Dans tous les cas, il importe d’étudier les deux types de financement pour choisir celui qui convient le plus au budget de l’emprunteur. Le Taux Effectif Global doit également être comparé afin de savoir laquelle des offres revient la moins chère. À noter qu’en France, le crédit in fine pour l'achat de maisons est souvent avantageux notamment dans le cas où l’acquéreur ne dispose d’aucun bien pouvant servir de garantie. En revanche, il faut avoir souscrit une assurance vie ou avoir fait un placement dans une SICAV ou un OPCVM monétaires.